Accueil  >  DODGE

DODGE


Dodge
Dodge est une marque américaine d'automobiles et de poids lourds. Fondé par les frères Dodge en 1914, le constructeur est absorbé par le groupe Chrysler en 1928. Haut de gamme, Dodge a peu à peu évolué vers la conception de voitures à tendance sportive, à l'instar de Pontiac au sein du groupe General Motors. Son logo représentait jusqu'à une tête de bélier avec le slogan « Grab life by the horns ». Depuis le rachat de Chrysler par Fiat le , la marque Dodge n'est plus vendue en Europe.

Histoire

Débuts

Commençant leur carrière professionnelle à la Murphy Engine Company, en 1886, les frères John et Horace Dodge font ensuite fortune dans la production de bicyclettes, à la tête de leur compagnie Evans & Dodge Bicycle Company. En 1901, les deux frères déplacent leur usine de bicyclettes et de machines à Détroit dans le Michigan. Ils y fabriquent des roulements et d'autres pièces pour les premières industries automobiles. Ils aident à la mise au point des moteurs des premières Oldsmobile.

En 1902, les frères Dodge sont approchés par Henry Ford qui cherche de l'aide pour financer sa propre société de fabrication d'automobiles. Les frères Dodge aident donc Ford à financer son entreprise. Ils deviennent les premiers actionnaires et constructeurs des moteurs de la Ford Motor Company[5]. Au moment de la fondation de la Ford Motor Company, Henry Ford donne cinquante actions à chacun des deux frères Dodge. Lorsqu’en 1919, les frères vendent les parts Ford, ils récupérèrent la somme de 25 millions de dollars.

Dodge Brothers Motor Company

 
Une des premières automobiles Dodge

En 1914, les frères Dodge décident de créer leur propre marque à leur nom. La firme est ainsi fondée à Hamtramck (Michigan). Les premiers modèles ressemblent à la Ford T décapotable, mais avec quelques innovations comme un démarreur électrique. Fort de leur excellente réputation de motoristes, les commandes affluent et leur première voiture se pose pendant un temps en véritable rivale de la Ford T. Leur slogan est « Fiable ! ». À la fin de 1914, 249 voitures sont construites par la Dodge Brothers Motor Company. Ils en écouleront par la suite des centaines de milliers.

Les automobiles Dodge acquièrent une réputation d'automobiles fiables et robustes. Tout naturellement, l'armée de terre américaine s'y intéresse. Le général Pershing les utilise pour la première fois lors de l'expédition punitive à l'encontre des bandits mexicains, sous les ordres de Pancho Villa, ordonné par le président Wilson au début de l'année 1916. C'est le que le lieutenant George Patton, à la tête d'un groupe de dix hommes accompagné de deux guides mexicains dans trois voitures Dodge, ramène au poste de commandement du général Pershing, créant ainsi la sensation en faisant la une des journaux américains, les dépouilles des bras droits de Villa dont le général Bob Cardena, ficelées au garde-boue[6]. En 1917, les deux frères se lancent dans la construction de poids lourds, au départ pour l'armée des États-Unis pendant la Première Guerre mondiale, puis pour les usages civils après la fin des hostilités. Ils appellent leur premier modèle Commercial Car : il s'agit d'un pick-up construit sur un châssis standard avec de larges ouvertures entre les côtés et le toit, qui seront remplacées par des côtés pleins par la suite.

Mort des frères

 
Dodge de 1917

Cependant, en 1920, alors que Dodge occupe la deuxième place des ventes de voitures aux États-Unis, l'avenir de Dodge bascule du tout au tout. Terrassé par une pneumonie, John décède le , tandis que Horace, inconsolable et dépressif, meurt à son tour en décembre des suites de la grippe et d’une cirrhose. Le troisième constructeur américain de l'époque passe alors sous le contrôle d'un groupe bancaire, en 1925. Cette même année, la société des frères Dodge est rachetée par Dillon, Read & Co. pour 146 millions de dollars, la plus importante transaction financière jamais vue à l'époque. Dillon Read revend ensuite la société à Walter Chrysler le .

La reprise par Fiat

Dodge fait à présent partie du groupe Chrysler qui passera sous la houlette du groupe italien Fiat à partir du avant d'être entièrement racheté par Fiat le .

Le groupe Chrysler a été incorporé dans le groupe Fiat le pour former FCA Automobiles.

Les modèles automobiles de la marque Dodge ne sont plus commercialisés en Europe.

Camions

 
Un dodge-graham de 1927 dans une vieille station-service Shell dans la ville fantôme de Bodie (Californie). Photo datant de septembre 2016

Dans les années 1930, Dodge s'associe aux frères Graham pour produire des véhicules commerciaux. Les camions Graham reposent sur des châssis Dodge et sont vendus dans les concessions du même revendeur. Au milieu des années 1930, Dodge se porte acquéreur de Graham. La tradition de fiabilité des camions est née.

Seconde Guerre mondiale

L'entreprise participe à l'effort de guerre du complexe militaro-industriel des États-Unis en construisant entre autres des moteurs de bombardiers dans l'usine de moteurs d'avions Dodge-Chicago.

Dodge a totalement reconverti sa production automobile civile entre 1942 et 1945 pour les besoins des alliés en leur fournissant des 4 × 4 et des 6 × 6.

Modèle 4 × 4 : DODGE 3/4 Ton moteur T-214

  • WC 51 (weapon carrier), 123 541 exemplaires
  • WC 52 (weapon carrier avec treuil), 59 114 exemplaires
  • WC 53 (Carryall), 8 400 exemplaires
  • WC 54 (Ambulance carrosserie acier), 26 002 exemplaires
  • WC 55 (canon auto-porté), 5 380 exemplaires
  • WC 56 (command car), 21 156 exemplaires
  • WC 57 (command car avec treuil), 6 010 exemplaires
  • WC 58 (command car Radio), 2 344 exemplaires
  • WC 59 (installation téléphonique), 549 exemplaires
  • WC 60 (réparation d'urgence), 296 exemplaires
  • WC 61 (installation téléphonique), 58 exemplaires
  • WC 64-KD (Ambulance carrosserie acier-bois), 3 500 exemplaires

Modèle 6 × 6 : DODGE 1 1/2 Ton moteur T-223

  • WC 62 (weapon carrier 6 × 6), 23 092 exemplaires
  • WC 63 (weapon carrier 6 × 6 avec treuil), 20 132 exemplaires

En Europe

Dodge tente une incursion sans succès sur le marché européen à la fin des années 1970. Cette marque entreprend de conquérir un public jeune avec des produits aux lignes assez spectaculaires et surtout un rapport prix/prestations attractif qui a réussi à séduire 2 500 clients en France en 2007. Ce chiffre est faible en comparaison avec les 1,5 million d’unités écoulées aux États-Unis où Dodge a réussi à perdurer contrairement à Plymouth ou De Soto, deux autres marques du groupe Chrysler maintenant disparues. Le constructeur, célèbre pour ses pick-ups allant du simple véhicule de cultivateur au véritable camion, se contente en Europe d’une gamme aux gabarits réduits[7]. Depuis son rachat par Chrysler lui-même racheté par Fiat, la marque Dodge n'est plus diffusée en Europe à compter du .

Identité visuelle (logo)

  • Logo de Dodge Brothers avant 1928

  • Logo de Dodge avant .

  • Logo de Dodge à partir de .

Liste des modèles

Anciens modèles

Modèles actuels

 
Dodge Charger
 
Dodge Challenger Hellcat
 
Dodge Durango
 
Dodge Grand Caravan
 
Dodge Journey

Les images à droite montrent les modèles actuels.

Amérique du Nord

Reste du monde (Amérique du Sud, Moyen-Orient)

Camions

T202 - Camion 4 roues motrices 0,5 tonne (G-505)

T203 - Camion 4 roues motrices 0,5 tonne

T207 - Camion 4 roues motrices 0,5 tonne (G-505)

T211 - Camion 4 roues motrices 0,5 tonne (G-505)

T214 - Camion 4 roues motrices 0,75 tonne (G-502)

T215 - Camion 4 roues motrices 0,5 tonne (G-505)

T223 - Camion 6 roues motrices 1,25 tonne

T236 - Camion 4 roues motrices 0,75 tonne (fabrication canadienne)

M-37 - Camion 4 roues motrices 0,75 tonne (G-741)

T137 - Camion 4 roues motrices 1 tonne

M-880 - Camion 4 roues motrices 1,25 tonne

Variantes 2 roues motrices :

Poids lourds

Concept-cars

Source wikipedia
Dodge Charger
La Dodge Charger est une voiture de la marque américaine Dodge fabriquée par la compagnie Chrysler. Arrivée sur le marché en 1966, elle est toujours commercialisée sous le modèle de 8e génération sorti en 2015. Rivale des Ford Mustang, Chevrolet Camaro, Plymouth Road Runner, et autres Muscle cars, elle est aujourd'hui considérée comme un classique de l'automobile et une référence en ce qui concerne la performance.

Historique

Son esthétique est osée et son intérieur révolutionnaire ; les sièges arrière sont du type baquet et peuvent se replier vers l'avant pour augmenter l'espace cargo. Dès la première année-modèle (1966), et jusqu'en 1971, la Charger peut être équipée d'un moteur digne de sa réputation ; le V8 HEMI de 426 pouces cubes, soit une cylindrée de 7 litres délivrant 425 chevaux à 5 000 tr/min et 67,8 mkg de couple à 4 000 tr/min lui permettant de passer de 0 à 100 km/h en 5,5 secondes, ce qui en fera une candidate pour les courses d'accélérations.

Les modèles les plus recherchés sont les 1967 équipés du fameux HEMI : le millésime 1968, classique forme de bouteille de Coca-Cola avec phares cachés et doubles feux arrière ronds (rappelant une certaine Corvette). Le modèle de 1969 avec la calandre divisée et les feux de freinage stylisés. Celui de 1970, avec la calandre au contour chromé proéminent toujours avec des feux de freinage stylisés.

La Charger 1968 a été rendue célèbre par sa présence (en compagnie de la Ford Mustang fastback de Steve McQueen) dans le fameux polar urbain Bullitt, de Peter Yates. Elle est le véhicule des « méchants » au cours de la poursuite légendaire dans les rues de San Francisco. Dans sa livrée noire, elle est devenue le symbole de la muscle car démoniaque, sauvage et dangereuse.

Le modèle 1969 a été popularisé par la série comique The Dukes of Hazzard (Shérif, fais-moi peur), dans laquelle de jeunes sudistes insouciants s'amusent à narguer les forces de l'ordre corrompues avec leur Charger orange, dont le toit est flanqué d'un drapeau confédéré accompagné de la mention « General Lee ».

La Dodge Charger 1970 a eu son heure de gloire dans le film Fast and Furious (2001), où elle apparaît au milieu de modèles tuning plus récents. On la voit également dans les films Fast and Furious 4, Fast and Furious 5, Fast and Furious 7 et Fast and Furious 8 .

Mais ce sont les modèles « oiseaux » de 1969 qui sont les plus prisés, les Charger Daytona 1969. Leur histoire est aussi passionnante que la voiture elle-même. Pour lutter contre les Ford en Nascar, Dodge a falsifié l'aérodynamisme en allongeant le nez par l'ajout d'un « bec » et changé la lunette-en-retrait par une lunette affleurante. On a aussi amélioré la stabilité à haute vitesse en lui ajoutant un aileron fonctionnel sur le coffre arrière. Pour l'homologation Nascar, Dodge avait besoin de mettre sur le marché un quota de voitures (Nascar est une série opposant des véhicules calqués sur des voitures de série). Mais sur la voiture de série, l'aileron empêchait l'ouverture du coffre, on contournera le problème avec un aileron très élevé. Cet aileron créait une turbulence à haute vitesse avec un son caractéristique qui augmentait considérablement l'ivresse de la vitesse. Un nombre très limité de ces Charger Daytona quittera les usines. Certaines ont couru dans des courses d'amateurs, d'autres ont été dépouillées de leur bec brisé en garant le véhicule, si elles n'ont tout simplement pas été « banalisées » car la lunette affleurante est unique à ce modèle et les pièces de remplacement impossibles à trouver.

Au fil des années, la Charger a évolué jusqu'à se métamorphoser en un gros coupé sport pataud en 1975 que les inconditionnels tendent à renier. Le constructeur a contribué à la détérioration de l'image du véhicule en nommant « Charger » à partir de 1983 une Omni gonflée dont le moteur n'était qu'un simple quatre-cylindres en ligne. Le modèle n'en avait pas moins des caractéristiques de conduite impressionnantes en raison de sa traction et de la présence d'un turbocompresseur.


Les différentes versions

Résumé des Charger en fonction des années :

  • 1963 : Dodge Charger : deux prototypes.
  • 1964 : Dodge Charger : prototype.
  • 1965 : Dodge Charger 273 : une série limitée d'options de production de la Dart GT.
  • 1966-1978 : Dodge Charger (B-Body) : premier « vrai » modèle. C'est les seules voitures Dodge qui affichaient l'emblème « Fratzog » sur la calandre ainsi que le coffre.
  • 1970-1980 : Dodge Charger : version brésilienne sur la base de la Dodge Dart, avec un moteur V8.
  • 1983-1987 : Dodge Charger (L-Body) :
  • 1999 : Dodge Charger : prototype. Le nom a été porté par un concept-car qui diffère sensiblement de la Charger finalement mise en production pour le modèle de 2006.
  • 2006-2010 : Dodge Charger SE
Version 1 - B-Body (1966-1978)

Première génération

La première Dodge Charger est présentée dès l'automne 1963 en tant que prototype et est commercialisée pour la première en 1965. C'est une deux-portes, comme sa sœur la Coronet, construite sur la plate-forme Chrysler-B. Le moteur de base est un V8 de 5,2 L avec une boite à trois rapports. Des moteurs plus gros et plus puissants sont également disponibles. L'intérieur est différent de toutes ses autres concurrentes car les sièges arrière sont rabattables.


Deuxième génération
La Charger de troisième génération a été introduite en 1971. La plate-forme B de Chrysler a été modifiée pour répondre aux nouvelles réglementations en matière d'émissions et de sécurité. Elle était disponible en six versions différentes avec des modifications cosmétiques incluant une grille séparée, une lunette arrière semi-fastback et un aileron en ducktail (« queue de canard »).

Quatrième génération

Le modèle de 1975 a gardé la carrosserie B et a été restylé. La nouvelle Charger était la tentative de Dodge d’incorporer ce modèle sur le segment en pleine croissance des voitures de luxe personnelles. Dodge a étendu sa présence sur le marché des voitures de luxe personnelles en 1978 en produisant deux voitures de la même classe, la Charger et la Dodge Magnum.

Au cours des années, un modèle Daytona a été proposé, comportant des bandes de décoration courant le long de la voiture. On note l'affiliation avec la Chrysler Cordoba.

Version 2 - L-Body (1982-1987)
Cinquième génération

 

Produite de 1982 à 1987, la Charger revint en mi 1981 en coupé à hayon sous-compact à traction avant et boite de vitesses manuelle à cinq vitesses ou automatique à trois vitesses. Ce modèle économique ressemblait beaucoup à la Dodge Omni 024, mais avec un moteur légèrement plus gros. Le Charger était disponible avec le moteur SOHC NA 2,2 L ou avec un moteur SOHC turbocompressé de 2,2 litres. Le turbo était disponible uniquement avec la transmission manuelle, contrairement à la Dodge Daytona.

Une Shelby Charger a été proposée à partir de 1983, avec une version turbo disponible en 1984 produisant 148 chevaux (110 kW) à 5 600 tr/min et un couple de 220 Nm à 3 200 tr/min. Le moteur n'était pas à refroidissement intermédiaire et utilisait un petit turbo Garrett t3.


Version 3 : LX/LD (depuis 2006)
Sixième génération

Après dix-sept ans de traction avant, Dodge a réintroduit la Charger en 2005 pour 2006 sous une nouvelle forme2. Elle remplace la Dodge Intrepid. Cette génération était uniquement disponible en tant que berline quatre portes utilisant la plate-forme Chrysler LX. Son design rappelle les Charger des années 1960 et 1970 avec les feux arrière remontés, tout comme le nouveau capot et les panneaux latéraux emboutis.

Septième génération

La Dodge Charger a reçu une amélioration de son intérieur et un nouveau style extérieur pour 2011. Les artifices de style sur les côtés et à l’arrière rappellent les modèles 1968-1970.

Les performances de base ont été améliorées, le moteur V6 de 3,5 L de 250 ch ayant été remplacé par un Pentastar de 3,6 L développant 292 ch (218 kW) à 6 350 tr/min et 353 Nm à 4 800 tr/min. La boîte automatique à quatre rapports a été remplacée par la boîte automatique à cinq rapports A580.

Elle subit un restylage important en 2015.

Source wikipedia

Dodge Challenger

Challenger est le nom de trois modèles de voitures du constructeur automobile américain Dodge.

La Dodge Silver Challenger est une version spéciale de la Dodge Coronet de 1959. Le premier modèle Challenger est un muscle car fabriqué de 1970 à 1974 qui est devenu une icône de la culture automobile américaine et un modèle classique de style qui sert toujours de référence aux ingénieurs de Dodge. L'appellation Challenger a ensuite été attribuée de 1978 à 1983 à la Mitsubishi Galant Lambda Coupé importée du Japon par Chrysler. Enfin, l'appellation est reprise en 2008 pour le tout nouveau modèle néo-rétro que Dodge lance en 2008 pour concurrencer la Ford Mustang ainsi que la Chevrolet Camaro. Les Challenger de la première, et troisième génération ont toujours été des Muscle Cars.

Première génération (1970 - 1974)

Introduite à l'automne 1969 pour 1970, la Challenger était l'une des deux voitures E-body de Chrysler, l'autre étant la Plymouth Barracuda, légèrement plus petite. Positionnée pour concurrencer la Mercury Cougar et la Pontiac Firebird dans le segment supérieur du marché des pony-cars , ce fut "une réponse assez tardive" à la Ford Mustang, qui a fait ses débuts en avril 1964. Malgré tout, Chrysler voulait que la nouvelle Challenger soit la voiture la plus puissante à ce jour et, à l'instar de la moins chère Barracuda, elle était proposée dans un nombre impressionnant de versions et d'options et avec pratiquement tous les moteurs de l'inventaire de Chrysler.

L'empattement plus long de la Challenger, ses dimensions plus grandes et son habitacle plus luxueux ont été motivés par le lancement de la Mercury Cougar de 1967, également une pony-car plus grande, plus luxueuse et plus chère destinée aux jeunes acheteurs américains aisés. L'empattement de 2 800 mm était plus long de 51 cm que celui de la Barracuda, et la Dodge présentait une tôle en métal très différente, tout comme la Cougar se distinguait de la Mustang à empattement plus court. La climatisation et le désembueur de lunette arrière étaient optionnels. À l'exception de 1971, les extrémités avant des deux voitures se distinguaient par le fait que la Challenger avait quatre phares et que le Barracuda n'en avait que deux; Une tendance reproduite par les offres des rivaux de Chrysler.

Le design extérieur a été réalisé par Carl Cameron, également responsable des designs extérieurs de la Dodge Charger de 1966. Cameron a basé la calandre de la Challenger de 1970 sur un croquis d'un prototype mort-né plus ancien de Charger de 1966 qui devait avoir un moteur à turbine. Bien que la Challenger ait été bien accueillie par le public (avec 76 935 produites pour l’année modèle 1970), elle a été critiquée par la presse, et le segment des pony-cars était déjà en déclin au moment de son arrivée. Les ventes ont fortement chuté après 1970 et, bien que les ventes aient augmenté pour 1973 avec plus de 27 800 voitures vendues, la production de Challenger a cessé au milieu 1974. Au total, 165 437 Challengers ont été vendues pour cette génération.


1970
Pour son année modèle d'introduction, la Challenger était disponible en deux finitions, Challenger et Challenger R / T, et trois modèles, toit rigide à deux portes, toit rigide à deux portes Special Edition ou cabriolet. Le modèle de base était la Challenger avec des moteurs six cylindres en ligne ou V8. Le toit rigide Special Edition, disponible sur la Challenger de base ou sur la R / T, ajoutait un certain nombre de fonctionnalités d'apparence, de commodité et de confort. Produite uniquement pour l'année modèle 1970, cette finition SE (Special Edition) plus luxueuse incluait en standard un toit en vinyle avec des médaillons "SE" sur les piliers, une lunette arrière "formelle" plus petite, sièges baquets en cuir et en vinyle et une console intérieure au plafond qui contenait trois voyants (porte entrouverte, niveau de carburant bas et ceintures de sécurité). Le moteur standard sur le modèle de base était un six cylindres en ligne 225 de 3,7 L. Le moteur standard sur les modèles à finition supérieure était un V8 318 de 5,2 L avec un carburateur à 2 barrils. Pour 1970, les moteurs en option comprenaient les 340 et 383 de respectivement 5,6 et 6,3 L, ainsi que les V8 440 et 426 de respectivement 7,2 et 7,0 L, tous avec une transmission manuelle à 3 vitesses standard, à l'exception du moteur 383 de 290 ch (216,3 kW), qui n'était disponible qu'avec la transmission automatique TorqueFlite. Une boîte manuelle à 4 vitesses était offerte en option sur tous les moteurs, à l'exception du six cylindres en ligne de 225 pouces cubes (3,7 L) à 2 barrils et du V8 de 6,3 litres (383 pouces cubes).

Le modèle de performance était la Challenger R / T (Road / Track), avec un V8 "Magnum" de 6,3 L d'une puissance nominale de 335 ch (250 kW); 300 ch (224 kW) pour 1971, en raison d'une baisse de compression. La transmission standard était une manuelle à 3 vitesses. Les moteurs R / T en option étaient le Magnum 440 7,2 L de 375 ch (280 kW), le Six-Pack 440 7,2 L de 390 ch (291 kW) et le Hemi 426 7,0 L de 425 ch (431 ch; 317 kW) à 5000 tr / min et 664 N⋅m de couple à 4000 tr / min. La R / T était disponible en version à toit rigide ou cabriolet. La Challenger R / T est livrée avec un groupe d'instrumentations Rallye qui comprenait un compteur de vitesse de 150 mph (240 km/h), un tachymètre à 8000 tr / min et un manomètre de pression d'huile. Le mixeur de l'écope du capot n'était plus disponible après 1971.

Une introduction en milieu d'année était la Challenger Deputy à bas prix, un coupé avec des vitres arrière fixes et dépouillé de certaines garnitures de la voiture de base et avec des vitres latérales arrière fixes. La "Western Sport Special" était une version uniquement disponible pour les concessionnaires de la côte ouest. Elle était livrée avec un système d'échappement arrière et une identification Western Sport Special sur le couvercle du coffre arrière. Quelques exemplaires sont venues avec un déverrouillage du coffre actionné par dépression.


La Dodge Challenger T/A de 1970
Un modèle spécial uniquement disponible pour l'année modèle 1970 était la voiture d'homologation de course, la Challenger T / A (Trans Am). Afin de courir dans le Sports Car Club of America's Trans American Sedan Championship Trans Am, Dodge a construit une version de rue de sa voiture de course (tout comme Plymouth avec sa Plymouth 'Cuda AAR) qu'il a appelé la Dodge Challenger T / A (Trans Am ). Bien que les voitures de course aient utilisé une version détruite du moteur 340, les versions de rue ont pris le moteur 340 et ajouté un trio de carburateurs à deux barrils au sommet d'un collecteur d'admission en aluminium, créant le moteur Six Pack 340. Dodge a évalué le Six Pack 340 à 290 ch (216 kW), seulement 15 ch (11 kW) de plus que le moteur 340 d'origine (qui avait également la même puissance que la Camaro Z / 28 et la Ford Mustang Boss 302). L'air entrait à travers une écope à air de la taille d'une valise moulée dans le capot à charnière en fibre de verre noir mat. Un échappement à double sortie et à faible restriction allait jusqu'à l'emplacement du silencieux d'origine, puis avec une direction inversé pour sortir dans les sorties "mégaphone" chromées à l'avant des roues arrière. Les options comprenaient une transmission automatique à quatre vitesses TorqueFlite à poignée pistolet ou Hurst, des rapports de 3,55:1 ou 3,90:1, ainsi qu'une direction manuelle ou assistée. Les freins à disque avant étaient standard. La suspension spéciale Rallye utilisait des pièces robustes et augmentait le taux des ressorts arrière. La T / A a été l'une des premières muscle cars américaines à monter des pneus de tailles différentes à l'avant et à l'arrière: Goodyear Polyglas E60x15 à l'avant et G60x15 sur l'essieu arrière. La chambre modifiée élevait suffisamment l'arrière pour dégager les pneus arrière et les sorties d'échappement latérales. Des doubles bandes latérales épaisses, graphiques d'identification en gras, un becquet arrière en fibre de verre et un aileron avant en fibre de verre était également inclus. L'intérieur était identique aux autres Challenger.

Dodge a retenu les services d'Autodynamics de Ray Caldwell à Marblehead, dans le Massachusetts, pour diriger l'équipe Trans-Am de l'usine. Sam Posey conduisait la voiture peinte à la chaux n ° 77 que l'équipe de Caldwell a construite à partir d'une voiture enlevée de la salle d'exposition d'un concessionnaire local. Lorsque la No.76 a été achevée à la mi-saison à partir d'un châssis fourni par les All American Racers de Dan Gurney, Posey a alterné entre les deux. Les deux voitures ont couru les deux dernières courses, avec Posey dans la # 77. Ronnie Bucknum a conduit la No.76 à Seattle Washington et Tony Adamowicz l'a conduit à Riverside, en Californie.

Les Challenger T / A ont obtenue quelques arrivées parmi les trois meilleures, mais le manque de budget de développement et les moteurs de 5,03 pouces cubes (5,0 L) de courte durée construits par Keith Black ont conduit Dodge à quitter la série à la fin de la saison. La version de rue souffrait d'un sous-virage sévère dans les virages rapides, principalement en raison des pneus avant plus petits. Seulement 2 399 T / A ont été fabriquées. Un modèle de 1971 utilisant le moteur 340 avec un carburateur à 4 barrils était prévu et apparu dans la publicité, mais n'a pas été produit depuis que Dodge s'était retiré de la série de course.


1971
Pour l'année modèle 1971, la Challenger Coupe est devenu le modèle d'entrée de gamme, avec un moteur six cylindres en ligne ou un moteur V8. Comme la Challenger Deputy qu'elle a remplacée, elle avait des vitres arrière fixes et un volant de base noir avec bouton de klaxon.

1972
Pour l'année modèle 1972, les listes d'options (à la fois pour les éléments de performance et d'apparence / commodité) avaient été considérablement réduites. La version cabriolet (bien qu'un toit ouvrant ait été mis à disposition), la plupart des options de mise à niveau intérieure (en particulier les sièges en cuir), les articles de confort / de commodité (en particulier les vitres électriques et les sièges électriques), et toutes les options de moteur à gros bloc ont disparu. La finition R / T a été remplacée par la finition Challenger Rallye. Le modèle Rallye comportait quatre évents simulés sur les ailes avant, d'où sortaient des bandes stroboscopique noir mat. Les choix de moteurs étaient réduits à trois: le slant-6 225 de 3,7 L, le V8 318 de 5,2 L et un V8 340 de 5,6 L qui était équipé d'un carburateur à 4 barrils, de doubles échappements , ainsi qu'un arbre à cames et des têtes axés sur les performances. Les trois moteurs ont été désaccordés pour réduire les taux de compression afin de fonctionner avec de l'essence sans plomb, et les puissances en chevaux ont été abaissées pour refléter les calculs plus précis de la puissance nette de la Society of Automotive Engineers (SAE). Chaque moteur pouvait être accouplé à une transmission manuelle ou automatique à 3 vitesses, tandis que le 340 pouvait également être équipé d'une transmission manuelle à 4 vitesses sur demande. Les rapports des essieux de performance ont également disparu, sauf pour une adhérence sûre de 3,55 qui ne pouvait être obtenue qu'avec le moteur 340 et la suspension robuste. Les modèles de 1972 ont également reçu une nouvelle calandre qui s'étendait sous le pare-chocs avant, ainsi que de nouveaux feux arrière. Vers la fin de l'année modèle 1971, quelques cabriolets ont été fabriqués avec l'avant (calandre, feux, etc.) et l'arrière de 1972 (feux arrière et leur panneau). La seule façon de déterminer ces cabriolets Challenger de 1972 est de regarder son étiquette sur l'aile. Sur la ligne de code qui donne le numéro de commande du concessionnaire, ce numéro commencera par un «R», qui désigne «Special Meaning» (dans ce cas, une voiture de «promotions spéciales» de télévision).

1973-1974
La calandre et les feux arrières de 1972 ont été conservés pour les années modèles 1973 (et 1974) et les pare-chocs de 5 mph obligatoires ont été ajoutés. Bien que le moteur à six cylindres 225 de 3,7 litres ait été abandonné (ne laissant que les deux V8), toutes les listes d'options étaient sinon des reports de 1972.

Pour 1974, le moteur 340 de 5,6 L a été remplacé par une version 360 de 5,9 L offrant 245 ch (183 kW), mais le marché des pony cars était tombé et la production des Challenger a cessé fin avril 1974.


Variations cosmétiques
Bien que le style de carrosserie soit resté le même tout au long des cinq ans de la Challenger, il y a eu deux changements notables à la calandre avant. Les modèles de 1971 avaient une calandre "fendue", tandis que 1972 introduisait un design qui étendait la calandre (surnommée la "bouche triste") sous le pare-chocs avant. Avec ce changement à l'avant, les modèles de 1972 à 1974 ont peu ou pas de variation. La seule façon de les distinguer correctement est que les modèles de l'année 1972 avaient des pare-chocs encastrés sans protections de pare-chocs (les petits pare-chocs étaient en option), tandis que les modèles de 1973 et 1974 avaient les pare-chocs saillants de "5 mph (8,0 km/h)" (avec une garniture en caoutchouc derrière eux) en conjonction avec de grandes protections de pare-chocs. Les voitures de 1974 étaient dotées de protections de pare-chocs arrière plus grandes pour répondre à la loi sur les chocs arrière de 5 mph (8,0 km/h) (nouvelle pour 1974 et plus). Ces modifications ont été apportées pour respecter la réglementation américaine en matière de sécurité lors des essais de collision.

Les feux arrière des modèles de 1970 traversaient l'arrière de la voiture, avec le feu de recul au milieu. En 1971, les feux de recul étaient à gauche et à droite au lieu du milieu. L'assemblage des feux arrière a également changé pour 1972 et la Challenger a maintenant quatre lampes rectangulaires individuelles.

Collectibilité

Bien que peu aient pleuré la fin des modèles a plate-forme E, le passage du temps a créé des légendes et mis en évidence les personnalités uniques de la Challenger et de la Barracuda5. Avec une production totale faible et une faible capacité de survie au fil des ans, toute Challenger vaut une somme d'argent substantielle. Dans une revue historique, les éditeurs d'Edmunds Inside Line ont classé ces modèles comme suit: 1970 a été une «grande» année, 1971 a été une «bonne» année, puis «trois progressivement plus moche» (1972-1974)5. Avec des ventes et une production totales réduites de 2/3 par rapport à 1970, les Challenger avec moteur de performance sont les plus rare. Les ventes et la production des voitures de 1973 (avec seulement deux V8 disponibles) ont en fait dépassé 1971 d'environ 1 700 voitures.

Marchés d'exportation

Les Dodge Challenger ont principalement était produites pour les marchés américain et canadien. Chrysler a officiellement vendu des Challenger en Suisse par le biais d'AMAG Automobil- und Motoren AG à Schinznach-Bad, près de Zurich. Seules quelques voitures étaient expédiées à l'étranger chaque année vers AMAG. Ils faisaient l'assemblage final des Challenger et les convertissaient selon les spécifications suisses. Il existe encore peu de voitures AMAG. Du point de vue d'un collectionneur, ces voitures sont très souhaitables. Aujourd'hui, moins de cinq Challenger suisse existent en Amérique du Nord.

Chrysler exportait également officiellement des Dodge Challenger en France par le biais de son opération Chrysler France Simca, puisque Ford vendait avec succès en petit nombre la Mustang en France. Cependant, seuls quelques Challenger étaient exportées et Chrysler a finalement renoncé à les vendre en France.

Motorisations

Les puissances nominales brutes étaient déterminées en testant le moteur sans accessoires, sans filtre à air ou en-têtes de dyno ouverts. En 1971, les taux de compression ont été réduits dans les moteurs haute performance, à l'exception du 426 de 7,0 L et du moteur haute performance 440 de 7,2 L, pour accueillir de l'essence ordinaire. 1971 a été la dernière année pour le Hemi 426 de 7,0 L.

Les moteurs disponibles étaient répartis en deux catégories, selon leurs cylindrées.

Small blocks
  • 6 cylindres en ligne « Slant Six » 225 pouces cubes (3,7 litres) : 1970-1972
  • V8 318 pouces cubes (5,2 litres) : 1970-1974
  • V8 340 pouces cubes (5,6 litres) : 1970-1973
  • V8 360 pouces cubes (5,9 litres) : 1974
Big blocks
  • V8 « Magnum » 383 pouces cubes (6,3 litres) : 1970-1971
  • V8 « Magnum » 440 (7,2 litres) : 1970-1971, à carburateur quadruple corps (développant 375 ch (280 kW))
  • V8 « Six Pack » 440 (7,2 litres) : 1970-1971, à trois carburateurs double corps développant 390 ch/490 ft.lbf.
  • V8 Hemi 426 (7 litres) : 1970-1971. 425 ch (317 kW)/490 ft.lbf, une option coûteuse de 1 228 dollars, ce qui explique le peu d'exemplaires construits avec ce moteur.

Les Challenger équipées de big blocks étaient disponibles en deux versions spécifiques, la mythique version « R/T » (pour « Road/Track », soit « route et circuit »), version la plus sportive, et la version « SE » (pour « Standard Edition »), version plus confortable.

Performances

402 mètres (1/4 de mile) départ arrêté en secondes et vitesse de passage :

  • 340 : 14,8 s et 124,5 km/h
  • 340 T/A : 14,4 s et 126,1 km/h
  • 383 : 14,1 s et 139,6 km/h
  • 440 Magnum R/T : 13,9 s et 142,5 km/h
  • 440 Six-Pack : 13,8 s et 147,3 km/h
  • 426 Hemi : 13,6 s et 148,9 km/h

Challenger Cabriolet
Les Challenger ont été disponibles en cabriolet en 1970 et en 1971 seulement. La version la plus performante était le modèle « R/T », disponible en cabriolet ou coupé. Les coupés étaient également disponibles en finition SE plus luxueuse, avec une sellerie cuir, un toit vinyle et une lunette arrière plus petite. Pour le millésime 1972, Dodge a abandonné la dénomination « R/T » pour sa version performante au profit de la dénomination « Rallye ».

Deuxième génération (1978-1984)
À partir de l'année modèle 1978, Dodge a commercialisé une variante rebadgée des premiers coupé Mitsubishi Galant Lambda, sous le nom de Dodge Challenger - par l'intermédiaire des concessionnaires Dodge en tant qu'importation captive, à l'origine sous le nom de "Dodge Colt Challenger"17. La marque Plymouth de Chrysler a commercialisé sa propre variante rebadgée sous le nom de Plymouth Sapporo, et une variante rebadgée a été commercialisée et vendue à l'étranger sous le nom de Mitsubishi Sapporo / Scorpion. La Challenger était identique à la Plymouth Sapporo sur le plan de la couleur et des détails mineurs, la version Dodge mettant l’accent sur la sportivité et des couleurs vives, tandis que le modèle Plymouth mettait l’accent sur le luxe (contrairement à l'idée d'entrée de gamme de Plymouth) et une finition plus discrète. Les voitures ont été légèrement redessinées en 1981 avec une carrosserie révisée, plus d'espace pour les pieds, la tête, dans la capacité du coffre et une meilleure insonorisation, des phares révisés et d’autres modifications esthétiques mineures. Les deux voitures ont été vendues jusqu'en 1983, jusqu'à ce qu'elles soient remplacées par la Conquest utilisant la même plateforme à propulsion arrière jusqu'en 1989 et en 1984 par la Daytona à traction avant.

La voiture a conservé le style de toit rigide sans cadre de l’ancienne Challenger, mais ses moteurs étaient plus petits, un quatre cylindres en ligne de 1,6 L et un quatre cylindres en ligne de 2,6 L au lieu des moteurs à six et huit cylindres de l’ancienne Challenger et les performances étaient bien loin de son homonyme. Néanmoins, elle a acquis la réputation d'être une voiture assez vive dans sa catégorie, notamment grâce à son moteur "Hemi" de 2,6 L disponible, d'une capacité de 105 ch (78 kW). Les moteurs à quatre cylindres de cette taille n'avaient généralement pas été construits à cause des vibrations inhérentes, mais Mitsubishi a été le premier à utiliser des arbres d'équilibrage pour atténuer cet effet. La Challenger a été l'un des premiers véhicules à intégrer cette technologie sur le marché américain; depuis, elle a été concédée sous licence à de nombreux autres fabricants.


Source wikipedia

Restauration des véhicules
effectuée aux Etats Unis
Société implantée
aux USA
Paiement
sécurisé
 
Satisfait
ou Remboursé
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel e-commerce