Accueil  >  VEHICULES COLLECTIONS  >  Town Sedan appartenue à Al Capone 1928

CADILLAC Town Sedan appartenue à Al Capone 1928
Ref. produit : 2232
Town Sedan appartenue à Al Capone 1928
Modèle : 
Town Sedan
Transmission : 
Manuelle
Années : 
1920'
Motorisation : 
341ci
Cylindrée : 
V8
Carburant : 
Essence
Kilométrage : 
67.416 km

1 110 442.00 € 

Demande d'infos
 
 

Véhicule américain de collection et d’exception, cette authentique Cadillac Town Sedan de 1928 appartenue à Al Capone en personne.

Tout l’historique et l’authenticité de ce véhicule est fournis.

Moteur 341ci V8 Serie 341-A. 90chx

Transmission manuelle 3 vitesses

Couleur verte et intérieur velour Beige/marron

Freins à tambour

Véhicule blindé
 

Historique du véhicule :

Une des premières voitures blindées d'après les journaux, l'IRS et les informations fournies par la famille du deuxième propriétaire connu, ainsi que par un témoin oculaire du développement de cette voiture.
 

Une documentation exhaustive commence par l'achat de cette voiture par M.
Harry LaBreque en mai 1933 à M. Patrick Moore, du 37 Grove Street à Rockville,
dans le Connecticut. Mme Pat Denning, la seule descendante survivante de M.
Moore, qui a récemment discuté de la brève propriété de sa mère sur la
Cadillac. Selon Mme Denning, ses parents ont acheté la voiture auprès d'un
agent à Chicago, avec qui, selon eux, elle avait été confiée par Capone. Les
Moores travaillaient avec un carnaval itinérant en été et possédaient la
voiture pendant "environ un an", y compris un été complet, lorsqu'ils
exposaient la voiture avec le carnaval. Cette information date de leur achat
auprès de l'agent au printemps 1932.

 

Les Moores avaient l’intention d’utiliser la voiture en tant qu’exposition
autonome pour gagner de l’argent en dehors de la saison des pluies. Le plan n'a
pas fonctionné comme prévu ; ainsi, la voiture a été vendue à LaBreque. Mme
Denning a également noté que ses parents n'avaient pas d'adresse permanente
pendant cette période ; l'adresse donnée à Rockville était en fait l'adresse de
sa tante et, en 1930, elles se trouvaient à Peoria, dans l'Illinois. Elle a
ajouté qu'il était peu probable que la voiture ait été amenée au Connecticut et
qu'elle n'aurait pas été enregistrée, car elle circulerait probablement sur une
remorque couverte pour préserver son état et interdire de la regarder tant que
les clients n'auraient pas payé pour la voir. Cela concorde avec une
déclaration faite plus tard par LaBreque, affirmant qu'il avait acheté la
voiture à Chicago.

 

Emil Denemark était un propriétaire éminent d'un concessionnaire Cadillac
situé au sud de Chicago, qui avait également un lien de parenté avec Capone.
Denemark était bien connecté au monde souterrain ; il est documenté que sa
maison et ses affaires ont été bombardées au début de 1927, dans le cadre de ce
qu'il a appelé une "attaque politique". En 1942, il fut accusé de
vente de voitures sans autocollants de ravitaillement en carburant et, confirmant
ainsi sa réputation de longue date avec la foule, son nom apparut encore en
1950 dans un document intitulé "Enquête sur le crime organisé dans le
commerce entre États", selon le journal.

 

Témoignage d'un des enquêteurs:

"Je lui ai demandé où il
avait acheté sa Cadillac de 1950 et il m'a répondu:" Denemark ". Ce
camarade, Gioe, en a acheté un chez Denemark. Campagna, pour la première fois
de sa vie, en a acheté une chez Joe Bergl au lieu de Denemark, mais il avait
toujours fait affaire avec Denemark auparavant ... ces boursiers ont
manifestement fait affaire avec Denemark quand ils ont acheté Leurs voitures."

Alphonse Capone faisait
partie des clients. Un article publié dans « The Milwaukee Sentinel »
du 22 décembre 1931 indiquait qu'un des deux V-16 de Capone avait été utilisé
pour chauffer le gardien David Moneypenny de la prison du comté de Cook. Le
titre se lit comme suit : "La voiture d'Al Capone porte un gardien de
prison" avec le sous-titre sceptique "Le voyage entre Chicago et
Springfield expliqué de manière divergente". Dans l'article, Denemark
indiquait qu'il avait vendu deux V-16 à Capone et que la voiture utilisée pour
transporter Moneypenny n'appartenait plus à Capone, car les deux avaient été
saisis pour non-paiement. Étant donné que Denemark semble entretenir de bonnes
relations de longue date avec le crime organisé et que Capone est l'un des
hommes les plus dangereux de Chicago, il est probable que, comme le journaliste
le pensait, ce dernier essayait simplement de sauver la face de Big Al.

 

L’auteur d’un article de « Associated Press » publié dans le
Milwaukee Journal, également le 22 décembre, a retracé la plaque
d’immatriculation et découvert que la voiture était toujours enregistrée auprès
de Mme Mae Capone. En réponse à une question sur cette particularité, Denemark
a répondu de manière tout à fait innocente : "Par accident, les plaques
d'immatriculation n'avaient pas été retirées, je suppose donc que c'est pour
cette raison que tout le monde pensait que c'était toujours la voiture de
Capone." Un autre article de The Muscatine Journal & News Tribune se
lit comme suit :

"Pendant un certain
temps, il a semblé que les restrictions imposées par le gouvernement aux
visiteurs demandant à voir le chef de gang de la prison du comté permettraient
d'éloigner ses créanciers, mais au moins l'un d'entre eux a obtenu la
permission des autorités fédérales de lui parler. Il s’agissait d’Emil
Denemark, homme politique et distributeur d’automobiles à prix élevé, qui avait
déclaré vouloir parler à Al du montant restant à payer pour deux voitures
coûteuses. "

Le niveau d'accès inhabituel
de Denemark et sa longue implication dans les chiffres du monde souterrain
suggèrent que leurs activités impliquaient davantage que des paiements en
automobile.

Le moment choisi pour ces événements,
en ce qui concerne les problèmes juridiques de Capone, est crucial. Capone a
été reconnu coupable le 18 octobre 1931, condamné en novembre, et le ré appel
en appel a été rejeté en mars 1932. Il a été condamné au pénitencier américain
d'Atlanta le 4 mai 1932. Un long rapport adressé au chef du service de
renseignement Le Bureau of Internal Revenue déclare que Capone a été surpris en
octobre 1931 alors qu'il tentait de vendre sa maison en Floride, ainsi que deux
yachts et autres objets, moyennant 150 000 dollars en espèces. L'un des six ans
est mentionné parmi d'autres véhicules ; Etant donné que ces deux seize ans
avaient fait la une des journaux et attiré l’attention des fédéraux, la berline
blindée plus ancienne, modèle 341A, a été visiblement négligée pendant qu’elle
était dissimulée dans un garage de Chicago. Le moment et les circonstances
suggèrent fortement que la voiture a été confiée à l'agent sur l'ordre de
Capone, comme l'a laissé croire Mme Denning, et que cet agent était Emil
Denemark.

 

L’historique de la propriété après l’achat par LaBreque est bien connu et
abondamment documenté. Après avoir été expédié à New York et en Angleterre, il
a été présenté au parc d'attractions de Southend-On-Sea, puis au Blackpool Fun
Fair de Manchester. Le propriétaire de la salle de danse, Tony Stuart, a acheté
la voiture au prix de 510 $ lors d’une vente aux enchères en février 1958 et
l’a vendue des mois plus tard à Harley Nielson, homme d’affaires et passionné
de voitures de Todmorden, en Ontario. Neilson a entrepris une restauration
complète et, au cours du processus, la majeure partie du blindage épais a été
retirée, mais d’autres caractéristiques, notamment le verre pare-balles et la
lunette arrière rabattable, ont été conservées. Dans une lettre au rédacteur en
chef d'Esquire, Neilson expliqua qu'en 1939, le gouvernement américain avait
demandé au gouvernement britannique d'intervenir et de retirer la voiture de
l'étalage à cause des "mauvaises relations publiques que cela pourrait
causer en montrant le gangstérisme américain".

 

La voiture a été vendue au musée de l'automobile de Niagara Falls au milieu
des années 1960, puis à la fin de 1971 et exposée au musée Cars of the Greats,
copropriété de Peter Stranges, de Niagara Falls, en Ontario. B.H. Le musée Smoky
Mountain Car d’Atchley au Tennessee a acquis la voiture au début de 1979;
Atchley a rafraîchi la restauration et, comme le verre d'origine était très
foncé et jauni, un spécialiste a fourni du verre de rechange de taille et
d'épaisseur identiques. La voiture a ensuite rejoint la collection O'Quinn en
2006.

 

En 2008, M. Richard "Cappy" Capstran, âgé de 93 ans, a mentionné
en passant à un ami qu’il avait aidé son père à installer une partie du
blindage sur la Cadillac d’Al Capone. Un peu de recherche a indiqué que la
voiture existait toujours et avait été achetée par O'Quinn. Dans une récente
interview enregistrée, M. Capstran a rappelé en détail les circonstances
entourant ce travail inhabituel. L'atelier de carrosserie d'Ernest Capstran
avait effectué une réparation de haute qualité sur un autre véhicule
appartenant au syndicat Capone, ce qui avait incité à livrer la toute nouvelle
Cadillac 1928 à l'atelier peu de temps après.

Capstran dit, quand on
expliqua l'étendue du travail : "Mon père a dit:" On ne fait pas ce
genre de travail ici. " Et ils (les hommes de Capone) ont dit :
"C'est ce que vous faites maintenant." "M. Capstran a rappelé
tout le processus en détail, notant que lorsque la voiture a été déposée, les
hommes de Capone ont ordonné que la voiture soit ramenée dans le magasin afin
qu'aucun passant ne puisse voir la nature des travaux en cours. Il a également
expliqué le processus complet consistant à ouvrir l'arrière de la carrosserie
pour y insérer la plaque d'acier gainée d'amiante, qui a été livrée à l'atelier
de carrosserie avec des morceaux de plomb incorporés lors d'un test de
vérification.

Capone s'est présenté en
personne pour régler la facture et a payé à Ernest Capstran le double du prix
demandé. Lorsqu'il a contourné la voiture, Capone a vu Richard, âgé de 10 ans,
et lui a demandé qui il était. L'ancien Capstran a expliqué que son fils avait
aidé à la tâche et avait fait un excellent travail de ponçage entre les couches
de laque. Pour cela, Richard a reçu de Capone un billet de 10 dollars, une
petite fortune pour un jeune garçon. Ce travail spécial n'a été discuté en
dehors de la famille que des années plus tard. Se souvenant de sa visite à la
collection de M. O'Quinn et de la réunion avec la Cadillac après sept
décennies, Capstran a déclaré : "C'est sans aucun doute la même voiture
que celle qui a été travaillée dans la boutique de mon père."



Négatif, mis à part, il s’agit
du plus ancien véhicule blindé pare-balles qui soit, muni de vitres de près
d’un pouce d’épaisseur et recouvert de près de 3 000 livres de blindage. Les
lourdes remontées mécaniques à ressort ont permis aux vitres latérales de
fonctionner, tandis que la lunette arrière a été conçue pour s'abaisser
rapidement, permettant aux occupants de tirer sur les poursuivants potentiels.
Les fenêtres modifiées étaient également équipées de telle sorte que le verre
puisse être soulevé de quelques centimètres supplémentaires, révélant ainsi une
découpe circulaire suffisamment grande pour accueillir le canon d'une
mitrailleuse. M. Capstran a déclaré que, lorsque la Cadillac est arrivée dans
la boutique de son père à l'été 1928, les portes et les fenêtres avaient été
pare-balles ailleurs et ne fonctionnaient que sur l'arrière du corps. Les
photographies prises en 1933 montrent la voiture équipée d'une barre de
remorquage triangulaire fixée au-dessus du pare-chocs arrière. Capstran a
déclaré qu'elle n'était pas encore installée lorsque la voiture se trouvait
dans la boutique de son père.

Avec une provenance connue depuis 1932 et de solides informations à l'appui,
cet exemple n'est pas seulement un témoin silencieux de l'époque la plus
sanglante du crime organisé américain, il représente également le développement
de la berline blindée moderne.

Nos tarifs sur les véhicules proposés incluent :

(Formule Standard)

  • Prix basé sur le taux du dollars du jour lors de la dépose de l'annonce
  • Négociations du véhicule avec le concessionnaire,
  • Mise en place d'une expertise complète et détaillée du véhicule,
  • Prix d'achat du véhicule (contrat de vente au nom du client),
  • Paiements sécurisés,
  • Notre commission,
  • Taxes USA,
  • Bank fees (frais bancaires USA),
  • Transport routier du concessionnaire à l'entrepôt Miami,
  • Documentation Bill of loading (transit maritime), 
  • Transport maritime, 
  • Assurances,
  • Envois Fedex,
  • Mise en container sécurisé,
  • Devis restauration véhicule si besoin,
  • Documentation Title USA (carte grise Américaine),
  • Documentation douanes Américaines,
  • Mise en relation avec l'agent transitaire agrée des douanes en France (transit/dépotage, TVA et dossier FFVE).
Restauration des véhicules
effectuée aux Etats Unis
Société implantée
aux USA (Floride)
Paiement
sécurisé
 
Satisfait
ou Remboursé
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel e-commerce